Bouliac

Ils n’étaient pas huit, ils n’étaient pas dix, ils étaient dix-huit au point de rendez-vous pour cette randonnée à Bouliac.
Dominique annonce 9km pour 110 m de dénivelé, pour la distance, ce fût bon, pour le dénivelé, on est arrivé à 226m.
La météo était très favorable, il faisait même chaud…

Nouveau parcours, un mixe concocté et vérifié durant l’été par Dominique et Catherine, un grand merci à eux deux.
Début de rando tranquille, en descente direction la Séleyre, au passage on aperçoit le Domaine de Saubat avec son oeil de cyclope sur la toiture.

Nous passons devant le château Macanan, qui est un institut pour enfants en difficultés.
Macanan est le nom d’une famille Ecossaise qui a détenu de nombreux domaines depuis le moyen âge jusqu’au XVIème siècle.
En 1925 la demeure est rachetée par le père de l’écrivain Jean Lacouture.

A la Séleyre, Louis ne nous invite pas pour le café dans le bistrot à son nom…
Il y avait un arrêt facultatif du tramway Bordeaux-Cadillac qui circula de 1898 à 1934 avec une fréquentation maximum de 490 000 voyageurs en 1906.
Sur cette ligne six des locomotives portaient le nom des cours d’eau du trajet : Pimpine, Euille, Gaillardon, Artolie, Laubès et Garonne.

Alors on attaque la première montée du périple. En chemin le photographe s’attarde sur les petites fleurs qui décorent le bord des chemins.
Le prix de la plus belle girouette est attribué à celle aux motifs de feuilles de vigne et raisin.

Nous arrivons au château Malherbes, en travaux depuis quelques années. Le résultat est magnifique, l’investissement doit l’être aussi…
Dans cette propriété, la vendange se fait à la main, nous croisons une équipe qui attend les instructions.

La randonnée nous amène dans des petits chemins au milieu des bois, très agréable.
Quelques champignons blancs alimentent les espoirs de recherche des spécialistes.
Un pible découvert en sous bois sert de base à une première initiation pour les nouveaux arrivants amateurs de champignons.

Sur le retour nous pouvons voir le château Malakoff qui fut bâti en 1865.
Au détour d’un chemin nous entamons une petite discussion avec la propriétaire de deux magnifiques Dogues allemands.
Appelé aussi grand danois, ces jeunes males en pleine croissance, avalent quatre kilos de croquettes par jour…

Et c’est le retour à notre point de départ. il est temps, le ciel s’assombri, mais toujours 25 degrés.

Pour ceux qui recherchent des boucles et des balades sur Bouliac, consultez le site de la ville dans les rubriques patrimoine et circuits découvertes.
Pour ceux qui aiment les anecdotes historiques, le site d’un amateur : Histoires de Bouliac.

Cliquer sur une photo pour entrer dans la galerie
puis cliquer sur un côté de la photo pour faire défiler.