Information sur les tiques

Au cours de nos balades, nous pouvons croiser un hôte indésirable : la tique femelle.

Cette charmante petite bestiole peut éventuellement recéler en elle un danger

Elle véhicule parfois des agents pathogènes et en particulier la bactérie borrélia qui sur nous, pauvres humains, tout comme sur nos compagnons à 4 pattes, se traduit par une maladie de lyme.

Elle tire son nom de la ville de Lyme (Connecticut) où elle a pour la 1re fois été suspectée vers 1975.

Suite à la dégradation des milieux naturels, on observe une augmentation du nombre de tiques d’une part, et du nombre de tiques infectées d’autre part.

 Elle sévit plus particulièrement du printemps à l’automne et se présente sous trois stades : larve, nymphe et adulte.
Il est donc conseillé lors de sorties campagnardes :

  • de porter des vêtements couvrants
  • de porter des chaussures montantes fermées,
  • d’utiliser des répulsifs,
  • d’éviter la végétation haute et particulièrement les fougères,
  • et pour les dames, attention pendant la pause-pipi où elles sont à « découvert » !

Après chaque sortie :

  • prendre une douche,
  • s’inspecter et se faire inspecter minutieusement (attention aux nymphes qui sont de la grosseur d’une tête d’épingle) sans oublier de vérifier le cuir chevelu.

En cas de morsure

Retirer au plus vite (le risque de contamination augmente avec la durée du contact) avec un tire-tique ou une pince à épiler en la saisissant au plus près des pièces buccales puis en tirant sans tordre.

Il est déconseillé d’appliquer tout produit (éther, alcool, huile…).

Passées les 24 h, si, malheureusement, la p’tite bébête a installé son bivouac un érythème (rougeur circulaire autour de la morsure) et quelques signes cliniques peuvent apparaître en début d’infection ; des antibiotiques prises à temps permettent d’enrailler la maladie.
Mais la morsure peut passer inaperçue et la maladie s’installer sournoisement en phases chroniques qui peuvent s’étaler sur plusieurs semaines voire années avec des symptômes très variés, différents selon les personnes : problèmes rhumatologiques et neurologiques, douleurs, fatigue chronique, troubles psychiatriques etc. qui débouchent sur une maladie complexe et invalidante.
Face au déni de certains médecins, obtenir un diagnostic n’est pas aisé. On assiste à une controverse de la part de différents scientifiques et des instances de santé sur la fiabilité des tests et les normes de détection. problématiques sous-jacentes

Pas de panique mais restons vigilants et faisons circuler l’information !
Un lien sur la problématique autour de la maladie de lyme : https://www.youtube.com/watch?v=2V5g17Optf0
Un lien sur le service des maladies infectieuses au CHU de Bordeaux :
http://www.chu-bordeaux.fr/ESPACE-MEDIA/les-infos-a-la-une-2014/RDV-FR3-La-maladie-de-lyme/

Merci à Françoise L. pour cette synthèse