Tizac-de-Curton

Pour cette randonnée du mardi, 11km au programme au départ de Tizac-de-Curton.
Les neuf volontaires se retrouvent au pied de l’église Notre-Dame du XIIème siècle avec son porche qui est un des plus anciens de Gironde.
Pour faciliter le travail du guide, on décide de la faire dans le sens inverse du tracé habituel…

La petite troupe s’élance donc en passant devant la Cure, ce beau batiment date de 1752.
Le parcours légèrement vallonné nous mène à travers bois, vignes et quelques routes peu fréquentées.
Au loin on peut apercevoir la tour du château des seigneurs de Curton sur la commune de Daignac.
Sur notre chemin, un superbe panorama nous permet de voir jusqu’à Saint-Emilion, son clocher et les terrasses du château Pavie ainsi que Libourne avec les clochers de la tour et de l’église.
Sur le retour, nous passons dans un vallon surplombé par la maison noble de Bellevue, réplique du presbytère de Tizac-de-Curton.
Dans cet endroit préservé, nous longeons le ruisseau de Daignac qui rejoint le Rau de La Brède.
Au rayon faune, nous avons rencontré : des biches, des ânes, des moutons, des vaches et des papillons…
En ce qui concerne la flore, nous avons pu admirer des silènes, des jacinthes sauvages, des iris et des pulmonaires.
Comme le guide ne maitrise plus tout à fait son parcours, nous avons droit à un cours de descente et de montée extrêmes, mais de courte durée…
Retour à Tizac-de-Curton, en résumé, belle balade sous le soleil avec de beaux paysages.

Question de béotien, réponse de pro :

Pourquoi certains pieds de vignes que nous rencontrons, sont si hauts ?
C’est une ancienne façon d’élever la vigne, on faisait monter les vignes plus haut et on les rabattait en deux arcures pour avoir une meilleure production.
On ne peut plus travailler de cette façon, de même qu’on doit respecter une densité de pieds sur la surface cultivée.

Et c’est quoi cette vigne toute rouge au loin ?
C’est l’oseille sauvage qui tapisse le sol entre les rangs de vignes, elle sera broyée, comme les fèveroles pour faire un apport à la terre.
Après recherche sur la toile, les égyptiens utilisaient l’oseille sauvage en infusion pour ses vertus digestives.
On peut l’utiliser dans notre alimentation, en sauce pour accompagner les poissons, cuite en sauce ou dans la purée, crue dans les salades(sans la nervure centrale).
Les feuilles d’oseille se récoltent au printemps avant la floraison.
Consultez la toile pour les contres indications.

Cliquer sur une photo pour entrer dans la galerie
puis cliquer sur un côté de la photo pour faire défiler.